Stratégies alternatives

Carmignac Portfolio Merger Arbitrage

SICAVMarchés mondiauxArticle 8
Parts

LU2585800795

Une stratégie défensive axée sur les opportunités de "merger arbitrage"
  • Une stratégie défensive de "merger arbitrage" qui vise à surperformer le marché monétaire, avec une corrélation limitée aux marchés d'actions.
  • Une stratégie alternative qui se concentre sur les opérations de fusions-acquisitions annoncées officiellement sur les marchés développés.
Indicateur de Risque
2/7
Durée Minimum de Placement Recommandée
3 ans
Performance Cumulée depuis création
+ 3.2 %
-
-
-
+ 3.2 %
Du 14/04/2023
Au 18/04/2024
Performance par Année Civile 2023
-
-
-
-
-
-
-
-
-
+ 2.5 %
Valeur Liquidative
103.2 €
Actifs Nets
176 M €
Marché
Marchés mondiaux
Classification SFDR

Article

8
Au : 18 avr. 2024.
Les performances passées ne préjugent pas des performancesfutures. Elles sont nettes de frais (hors éventuels frais d’entrée appliqués par le distributeur).Le rendement peut augmenter ou diminuer en raison des fluctuations monétaires, pour les actions qui ne sont pas couvertes contre le risque de change.

Carmignac Portfolio Merger Arbitrage : performance du fonds

Consultez les performances du Fonds, étayées par les commentaires de nos gestionnaires sur le marché et la stratégie.

Nos commentaires mensuels

Au : 29 mars 2024.
L'équipe de gestion des Fonds

Environnement de marché

Si les deux premiers mois de l’année avaient été sans réelle tendance dans l’univers du « merger arbitrage », mars a en revanche été marqué par le resserrement d’un certain nombre de décotes, ce qui s’est traduit par des performances mensuelles en moyenne positives pour la stratégie. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. En mars, de nombreuses opérations sont arrivées à terme, contrairement aux mois précédents. Parmi les plus importantes, on peut citer le rachat de Sovos Brands par Campbell Soup pour 3 milliards de dollars ; celui de Splunk par Cisco pour 28 milliards de dollars ; ou encore celui de Karuna Therapeutics par Bristol-Myers Squibb pour 11 milliards de dollars. Près de vingt et une opérations ont été finalisées en mars, contre sept en février. Une fois ces opérations clôturées et payées, le capital redéployé sur les opérations toujours en cours a eu pour effet un resserrement de certaines décotes, comme celles sur les transactions Pioneer Natural Resources, Hess et Cerevel Therapeutics. Ensuite, certaines opérations ont franchi avec succès des étapes clés dans leurs processus de validation administratif. Ainsi, Brookfield AM a enfin obtenu l’approbation des Émirats arabes unis pour son acquisition de Network International. Le rachat d’Olink par Thermo Fischer Scientific a reçu l’accord de l’autorité antitrust islandaise ainsi que celui du ministère des Affaires étrangères de Suède. Après des mois d’incertitude, Japan Investment Corp a finalement obtenu l’autorisation de retirer son dossier d’approbation auprès de l’agence antitrust chinoise, ce qui lui a permis de lancer officiellement son offre sur JSR. Enfin, dernier élément favorable à la stratégie de « merger arbitrage », on notera deux batailles boursières en Angleterre : la première sur la société de services logistiques Wincanton et la seconde sur l’équipementier télécoms Spirent Communications. Les actions des sociétés concernées ont grimpé respectivement de 33% et 12%. En revanche, une mauvaise nouvelle est venue assombrir le tableau : avec en arrière-plan la campagne électorale pour les présidentielles, l’administration Biden a officialisé son opposition au rachat de United States Steel par Nippon Steel. Le titre de l’aciériste américain a baissé de 19%. S’agissant de l’activité M&A, quoique en retrait de 12% en volume par rapport au mois précédent, mars est venu clôturer un très bon premier trimestre 2024. Le nombre d’opérations annoncées au cours de cette période s’élève à quatre-vingt-douze, soit une augmentation de 48% par rapport à la même période l’an dernier. En valeur, la croissance est également très soutenue avec une progression annuelle de 41% grâce au retour des « megadeals ». C’est en effet huit opérations de plus de 10 milliards de dollars qui ont été annoncées au premier trimestre contre seulement quatre au cours du dernier trimestre 2023.

Commentaire de performance

Notre stratégie de « merger arbitrage » affiche une performance positive au cours du mois. Les trois principaux contributeurs à la performance ont été : 1/ le resserrement de la décote sur JSR suite à l’annonce du retrait du dossier d’autorisation auprès des autorités chinoises, qui a permis à l’acquéreur de lancer son offre sur le marché ; 2/ la bataille boursière pour Spirent Communications entre les deux équipementiers américains Viavi Solutions et Keysight Technologies, qui s’est traduite par une augmentation du prix de la cible de 12% ; et 3/ la convergence de la décote sur Karuna Therapeutics suite à la finalisation de l’offre dans les jours qui ont suivi l’obtention de l’HSR. Parmi les contributeurs négatifs à la performance, on peut citer notre petite position United States Steel sur laquelle la dimension politique s’est avérée plus importante que prévu. Comme le mois précédent, la volatilité sur le titre Capri, qui semble focaliser aujourd’hui les craintes des arbitrageurs en matière de risque antitrust, a continué de peser sur la performance.

Perspectives et stratégie d’investissement

La reprise de l’activité M&A au cours du dernier trimestre 2023, confirmée en ce début d’année, nous a permis de légèrement remonter le taux d’investissement du Fonds qui est passé de 30% à 31%. La diversification reste satisfaisante avec quarante opérations de M&A différentes en portefeuille. Nous pensons que 2024 devrait marquer un rebond de l’activité M&A après trois années de cycle baissier. Nous observons en effet plusieurs signaux encourageants : l’approche d’un assouplissement monétaire devrait permettre le retour des acheteurs financiers ; le retour des « megadeals » depuis le second semestre de l’an dernier ; le basculement sectoriel de l’activité M&A vers l’ancienne économie portée par la transition énergétique ; le retour des opérations dans le secteur de la technologie, parmi d’autres, comme ce mois-ci, où la croissance externe fait structurellement partie intégrante des modèles de développement. Enfin, les nouvelles directives, annoncées en août 2023, concernant le droit des OPA au Japon devraient être un moteur de la reprise de l’activité en Asie. Enfin, la prime de risque de la stratégie de « merger arbitrage » offre actuellement des rendements toujours attractifs pour les investisseurs, et ce, d’autant plus dans un environnement où les taux d’échec des opérations restent bas.

Aperçu des performances

Au : 18 avr. 2024.
Les performances passées ne préjugent pas des performancesfutures. Elles sont nettes de frais (hors éventuels frais d’entrée appliqués par le distributeur).Morningstar Rating™ : © Morningstar, Inc. Tous droits réservés. Les informations du présent document : -appartiennent à Morningstar et / ou ses fournisseurs de contenu ; ne peuvent être reproduites ou diffusées ; ne sont assorties d'aucune garantie de fiabilité, d'exhaustivité ou de pertinence. Ni Morningstar ni ses fournisseurs de contenu ne sont responsables des préjudices ou des pertes découlant de l'utilisation desdites informations.
Source: Carmignac au 20/04/2024

Carmignac Portfolio Merger Arbitrage Aperçu du portefeuille

Vous trouverez ci-dessous un aperçu de la composition du portefeuille.

Répartition Géographique

Au : 28 mars 2024.
Amérique du Nord7.8 %
Autres pays7.6 %
Europe EUR2.8 %
Europe ex-EUR1.3 %
Total % of alternative19.5 %
Amérique du Nord7.8 %
caCanada
4.1 %
usEtats-Unis
3.8 %

La stratégie en quelques mots

Découvrez les avantages et les particularités du Fonds du point de vue de nos gérants.
L'équipe de gestion du Fonds
Notre approche repose sur une grande rigueur dans la sélection des opérations de fusion-acquisition intégrées au portefeuille, un calibrage prudent de ces positions, et enfin, la diversification.
Découvrez les caractéristiques du Fonds
La référence à certaines valeurs ou instruments financiers est donnée à titre d’illustration pour mettre en avant certaines valeurs présentes ou qui ont été présentes dans les portefeuilles des Fonds de la gamme Carmignac. Elle n’a pas pour objectif de promouvoir l’investissement en direct dans ces instruments, et ne constitue pas un conseil en investissement. La Société de Gestion n'est pas soumise à l'interdiction d'effectuer des transactions sur ces instruments avant la diffusion de la communication. Les portefeuilles des Fonds Carmignac sont susceptibles de modification à tout moment.
La référence à un classement ou à un prix ne préjuge pas des classements ou des prix futurs de ces OPC ou de la société de gestion.
Carmignac Portfolio est un compartiment de la SICAV Carmignac Portfolio, société d’investissement de droit luxembourgeois conforme à la directive OPCVM.
Les informations présentées ci-dessus ne constituent ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Elles sont nettes de frais (hors éventuels frais d’entrée appliqués par le distributeur), le cas échéant. L’investisseur peut perdre tout ou partie du montant de capital investi, les OPC n’étant pas garantis en capital. L’accès aux produits et services présentés ici peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Le traitement fiscal dépend de la situation de chacun. Les risques, les frais et la durée de placement recommandée des OPC présentés sont décrits dans les KID (documents d’informations clés) et les prospectus disponibles sur ce site internet. Le KID doit être remis au souscripteur préalablement à la souscription. »